La dorure à la feuille d'or

L’utilisation de la feuille d’or débute dès l’antiquité égyptienne. Son emploi dans les tombes est très prisé et attesté par la découverte de la tombe de Toutankhamon qui donne une idée de la richesse de la décoration et du mobilier funéraire égyptiens. Durant l’antiquité grecque, les sculptures en bois et marbre sont, contrairement à ce que l’on peut penser, polychromées et beaucoup sont rehaussées de dorures.

Grâce à ses propriétés remarquables (souplesse, ductilité, brillance, pas d'oxydation hormis avec l'eau régale), l’or est un métal qui possède une symbolique riche. Effectivement, dès l’antiquité, l’or est le symbole de la puissance des Dieux, son inaltérabilité évoquant l’immortalité divine. Dans la plupart des cultures et des civilisations, l’or a une symbolique liée au sacré et aux puissants, symbole de lumière divine, d'éternité.

Exemples de techniques de dorure à la feuille:

La dorure à l'eau

La dorure à l'eau est une dorure qui permet le brunissage de la feuille, c'est à dire le polissage à l'aide d'une pierre (en agate le plus souvent). Ce brunissage est facilité grâce à la présence d'une "assiette " (mélange de bol d'Arménie (de couleur rouge) et de colle de peau de lapin) sous la feuille d'or.

La dorure à la mixtion

La dorure à la mixtion est une dorure dont la feuille d'or ne peut pas être brunie. La feuille d'or est posée sur une préparation  liquide appliquée en couche fine (originairement à base d'huile de lin , aujourd'hui elle peut être à base de résine acrylique). Quand la mixtion commence à sécher, elle crisse sous les doigts, on dit qu'elle devient "amoureuse". Elle est alors apte à recevoir la feuille d'or.

Aurpalha par Marnie

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now